mercredi 30 octobre 2019

Tag de la rentrée 2019



Coucou ! 
Et oui, je suis en retard, comme toujours. J'avais écrit ce tag à la rentrée, mais je ne l'ai pas publié. Pourquoi ? Je  ne sais plus ^^' 
Donc Même si c'est Halloween, on va parler de la rentrée, c'est parti !


Pouvez-vous citer...?
1) un livre dans lequel se déroule une rentrée scolaire ;
Un album, c'est un livre pas vrai ? Donc je cite Les Secrets de Brune de Bruna Vieira et Lu Cafaggi
Brune, qui fait sa rentrée dans un nouveau collège nous fait part de ses appréhensions et nous invite à nous livrer. C'est tout doux, tout coton et les dessins sont adorables !
2) un livre où l'intrigue se déroule dans une école surnaturelle ;
Nés à minuit de C.C. Hunter, à partir du tome 3 si je ne me trompe pas (je ne m'en souviens plus très bien, viiiiite booknode à la rescouuuuuusse ... Bon booknode ne m'a pas apporté de réponse, on dira que c'est le tome 3)
Nés à minuit ne faisant pas dans l'originalité raconte l'histoire de Kylie, une adolescente normale qui découvre qu'elle fait partie de tout un monde peuplé de créatures surnaturelles.
3) un livre de la rentrée littéraire que vous avez envie de lire ;
Honte à moi, je n'en connais aucun ! Faut dire j'avais pas envie de baver devant les livres en sachant que je ne pourrai pas les lire.
4) un livre dans lequel un personnage déteste l'école ;
Je ne crois pas me tromper en disant que Greg dans Journal d'un dégonflé, n'aime pas l'école. 
Cette saga est tout simplement les journaux intimes d'un garçon, Greg, qui est au collège.
5) un livre que vous avez étudié à l'école et dont vous gardez un bon souvenir ;
Je vous en avez parlé il y a deux ans,  j'ai étudié l'incip de Skoda de Olivier Sillig et j'avais juste adoré ce roman ! Je vous renvoie à ma chronique.
6) le premier livre que vous avez lu/lirez en rentrant de vacances ;
J'ai fini Le Cousin Pons de Blazac, et lu en parallèle Désaccordée de Joanne Richoux (je vous en parle bientôt, très bientôt) et l'Oeuvre de Zola (que je n'ai pas encore fini)
7) un livre dans lequel un personnage doit travailler pendant que d'autres sont en vacances ;
Alors là, c'est pointu ! Je sèche.
8) un livre qui se déroule au moins partiellement en septembre ;
Lou ! de Julien Neel tome 3. C'est la rentrée et Lou n'est pas dans la classe de sa meilleure amie et franchement j'ai trop envie de le relire maintenant :(
9) un livre d'un auteur français que vous aimez beaucoup ;
On va dire Les Loyautés de Delphine de Vigan que ma maman vient d'acheter et que j'ai très hâte de découvrir !
10) un livre dans lequel le héros ou l'héroïne est surdoué.
L'Elégance du hérisson de Muriel Barbery. Je ne l'ai pas encore lu mais je crois que l'héroïne est surdouée. Ou alors Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes où le héros devient surdoué.


Et voilà c'est déjà fini, j'ai fait mon apparition de mois haha ^^'
Je vous souhaite à tous une très bonne fin de vacances ou de semaine
bizzzz

samedi 17 août 2019

Fraternidad de Thibault Vermot

Résultat de recherche d'images pour "fraternidad vermot"


titre : Fraternidad
auteur : Thibault Vermot
édition : Sarbacane
collection : Exprim'
nombre de pages : 613
parution : 21 août 2019
coût : 18€




Synopsis : 

Devon du Sud, Angleterre, 2019. Ed Perry est un tocard. C'est l'avis de sa soeur, de sa mère, de Cliff, de Chloé, du lycée. Mais Ed Perry a un secret. Tous les vendredis soirs, il loue un cheval, déterre son épée et chevauche dans les bruyères. Puis il attend le prochain vendredi soir. Et puis un jour, il décide d'abandonner une fois pour toutes le désastreux réel. Et c'est donc ce qu'il s'emploie à faire : monter son propre gang de rêveurs venus des quatre coins d Europe, dans un envol de chapeaux à plumes, de masques et de rapières !

Mon avis : 


Merci aux éditions Sarbacane pour ce partenariat !

Une histoire de capes et d'épées ça m'intéressait. Un gang de rêveurs voulant créer un monde meilleur, c'est génial ! C'est donc plutôt enthousiaste que je commence Fraternidad. Cependant, je n'ai pas de temps, je travaille et j'ai des devoirs donc j'avance dans ma lecture comme un escargot, pas le meilleur moyen d'entrer dans un imaginaire pas vrai ? D'autant plus que Thibault Vermot écrit en alexandrin par moment, en vers. Et j'adore cette idée. C'est original, et amusant.

Pourtant, et étonnement, tous les points que j'aimais bien ont finit par me déplaire. En effet, ce livre fait 600 pages et donc moi à la longue, les quelques vers par-ci par-là m'ennuyaient un peu... D'une certaine manière c'est peut-être la faute de Flaubert, avec lui j'en mange des descriptions et j'aurais voulu plus d'action.

Vous allez me dire "mais c'est un livre de mousquetaires non ? De l'action, il y en a". Alors oui...mais. Il y avait bien de l'action, sauf qu'à la place de mousquetaires sauveurs j'ai eu l'impression de me retrouver au milieu d'une vendetta. Parbleu, ce sont des lycéens, pourquoi sont-ils aussi cruels entre eux ? Je veux dire, ce ne sont pas les cruautés habituelles du style harcèlement, non ce sont de véritables envies de meurtres, jusqu'à blesser l'autre physiquement.

Et ce n'est pas tout, en plus de ces étudiants un tantinet violents, nous avons un psychopathe qui arrive. Or il faut savoir que moi, les histoires de psychoses, elles me terrorisent. Donc ce livre, c'était trop pour moi. Trop violent, trop cruel, trop long, trop. Je ne m'y attendais pas.

Bien sûr ce n'est pas un coup de gueule, j'ai apprécié certains passages, et franchement mon frère aurait adoré Fraternidad. Je pense que ce n'est pas le style qui me correspond, voilà-tout.
Et comme je n'aime pas vous "déconseiller" un roman, je vous renvoie à la chronique de Claire qui elle a beaucoup aimé :)

mercredi 3 juillet 2019

Premières lignes

Premières lignes est un rendez-vous créé par Aurélia du blog Ma Lecturothèque. Il s'agit de vous faire découvrir un livre en vous mettant ses premières lignes. Simple non ?
J'ai trouvé le principe plutôt sympa, donc quand l'envie m'en prendra, pourquoi ne pas le faire?

Aujourd'hui je vous parle d'une courte lecture dont je n'avais pas très envie de parler, je n'avais rien à dire. Mais je voulais quand même vous la partager. Il s'agit de Bouche cousue de Marion Muller-Colard, publié aux éditions Scripto et faisant 99 pages.

Résultat de recherche d'images pour "bouche cousue marion muller colard"

 J'ai trente ans et quand je pense à mon âge, j'y pense comme à un accident. J'ai l'impression d'avoir quinze ans depuis toujours et pour toujours. Aujourd'hui, je comprends : ma vie a continué d'avancer sans moi.
   Je ne me suis jamais habituée à mon prénom. De façon générale, je ne me suis jamais habituée à ce qui vient de ma famille. Sauf Tom.
   En rentrant tout à l'heure, j'ai cru que c'était pour lui que je devais écrire. Mais en réalité, ne m'en veux pas, Tom, c'est pour moi.

   Si j'arrive à me retrouver sous les décombres, nous pourrons peut-être nous rejoindre quelque part.

dimanche 30 juin 2019

La porte de la salle de bain de Sandrine Beau


Résultat de recherche d'images pour "la porte de la salle de bain"




titre : Le porte de la salle de bain
auteure : Sandrine Beau
édition : Talents Hauts
collection : Ego
nombre de pages : 96
parution : 1 octobre 2015
coût : 8€






Synopsis : 

  • J’attendais mes seins avec impatience. 
    C'est à partir des p'tits œufs au plat que tout s'est déglingué. Comme s'ils s'étaient passé le mot pour gâcher ma joie toute nouvelle. Ça a commencé dans le bus. C'est là que j'ai vu le regard des hommes changer. Enfin de certains hommes... Ceux-là, ils ne se gênaient pas pour me regarder. Ou plutôt pour me regarder directement dans les seins. Pas gênés ! Tranquilles.
    Je détestais ça.

Mon avis : 

J'ai lu ce livre en 45 minutes ce matin. Et il m'a fichu une de ces claques ! C'est court mais tant d'émotions s'en dégagent, tant de rage. J'étais choquée, indignée, totalement bloquée. Un coup de poing.

Mia qui était si impatiente d'avoir ses seins, si heureuse quand ils ont commencé à pousser. Ce changement, imperceptible au début n'échappe ensuite plus à certaines personnes, à Lloyd, le compagnon de sa mère. Lloyd qui entre dans la salle de bain quand elle se douche.
Mia redoute la soirée durant toute la journée. Elle ne pense qu'à cela, ne se concentre plus mais n'arrive pas à en parler. Et l'angoisse monte, augmente, insupportable.
Et ce silence, ce silence car Mia ne peut rien dire, elle n'y arrive pas. Et l'incompréhension de sa mère face à elle, ces punitions, ces engueulades. Juste la solitude et la peur.

Mais comment cela peut-il se passer ? Comment peut-on oser faire ça ? Mais que dire de plus à part que c'est impensable ? Impensable et pourtant que ca existe, des gens qui ne respectent pas les autres, qui viole leur intimité.
Sandrine Beau, avec une plume juste et dure, retrace ce passage de l'enfance à l'âge adulte, ces transformations difficiles à gérer, autant pour les filles que pour les garçons "A toutes les Mia. Et à tous les Mio.", et cette intrusion qui des adultes, comme des enfants peuvent

Même maintenant, plusieurs heures après, j'en tremble encore. Je crois que finalement ce sujet devrait toucher tout le monde, indigner le monde entier, que cela ne se reproduise plus.

vendredi 28 juin 2019

Les plus belles lettres d'amour par Irène Frain







titre : Les plus belles lettres d'amour
présenté par : Irène Frain
édition : l'Archipel
nombre de pages : 126
parution : février 199












Les lettres d'amours. Quelle magnifique invention je trouve. C'est vrai, c'est tellement beau de recevoir une lettre, des mots tracés en encre sur du papier. C'est tellement personnel, intemporel.

Cette anthologie contient 35 lettres, écrites entre 1593 et 1927. Ce sont des auteurs, des musiciens, des comédiens. Des êtres humains connus qui ont partagé leur coeur avec quelqu'un. 

Et nous, des décennies, des siècles après, nous lisons ces lettres, ces morceaux d'amour. Est-ce indiscret ? Je n'arrive pas à savoir. Mais ce que je sais, c'est que ces lettres m'ont émue. J'ai souris et même eu envie de pleurer par moments. Certaines sont si belles, comment un homme, une femme, peuvent-ils s'épancher à se point, se livrer comme ça, s'aimer et se l'avouer ? Certaines histoires sont tristes aussi. Des amours non partagés, des fins trop brusques.

De plus, au début de ce recueil se trouve une sorte de mini nouvelle écrite par Irène Frain. Cette histoire a tellement fait écho en moi, lettres d'amour et modernité. Je n'aurais pu imaginer de meilleure entrée en matière.

Quoiqu'il en soit, ce recueil épistolaire fut une découverte magnifique. Et puis, se dire que ce n'est pas inventé, que des personnes ont réellement envoyé ces lettres, ont réellement ressenti cela,... C'est beau. Encore plus qu'une fiction, ça donne de l'espoir je trouve. Et puis une petite note d'envie aussi ;)


Victor Hugo à Juliette Drouet 
1833
"Je vous aime, mon pauvre ange, vous le savez bien, et pourtant vous voulez que je vous l'écrive.Vous avez raison. Il faut s'aimer, et puis il faut se le dire, et puis il faut se l'écrire, et puis il faut se baiser sur la bouche, sur les yeux, et ailleurs. Vous êtes ma Juliette bien-aimée.
   Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver on pense au soleil, et quand je suis gai je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre. Vous voyez bien, Juliette, que je vous aime de toute mon âme. "

vendredi 7 juin 2019

Premières Lignes

Premières lignes est un rendez-vous créé par Aurélia du blog Ma Lecturothèque. Il s'agit de vous faire découvrir un livre en vous mettant ses premières lignes. Simple non ?
J'ai trouvé le principe plutôt sympa, donc quand l'envie m'en prendra, pourquoi ne pas le faire?Résultat de recherche d'images pour "broadway limited tome 1"

Aujourd'hui, je voulais vous faire découvrir une de mes dernières relectures. Comme il s'agit d'un tome 2 et pour ne pas spoiler, voici le tome 1 de Broadway Limited de Malika Ferdjoukh !
Ce roman est publié aux éditions L'Ecole des Loisirs et il ne fait pas moins de 583 pages.


Begin the Beguine 

La jeune fille ouvrit la porte au jeune homme. Un essaim de feuilles rouges s'engouffra aussitôt à l'intérieur de la maison tel un gang de sorcières à l'affût.
     La jeune fille était brune et sans doute souriait-elle. Difficile d'en être sûr à cause de la sphère bubble-gum rose, d'un diamètre épanoui, qui lui poussait au milieu de la figure. Le jeune homme entendit un borborygme - peut-être un "oui ?".
     - Bonsoir.
     Il serra la poignet de sa valise et monta cinq des sept marches de perron où les broussailles tassées dans les angles attendaient l'éboueur avec la patience des gros chats roux. Il posa la valise, replia le plan de la ville qu'il avait en main - non sans peine à cause du vent - et le rangent dans son duffle-coat.
     - Je suis à la Pension Giboulée ?
     Un brusque remue-ménage dans le jardin, à droite, derrière une grille en fer, capta son attention. Une silhouette venait de surgir (d'où avait-elle surgi au fait? Vraisemblablement de ce massif de chrysanthèmes, leurs crinières ballottaient encore). De sa vie le jeune homme n'avait vu de chrysanthèmes aussi gros... ni qu'un humain pût s'en faire une cachette.




lundi 3 juin 2019

Toffee Darling de Joanne Richoux

Résultat de recherche d'images pour "toffee darling richoux"titre : Toffee Darling
auteure : Joanne Richoux
édition : Sarbacane
collection : Exprim'
nombre de pages : 249
parution : 3 avril 2019
coût : 16€







Synopsis : 
6 juin 1964, Paris.
Vivianne, 19 ans, ne supporte plus Jérôme. Ni cette confiserie qu’ils tiennent ensemble. 
Alors cette nuit, elle part. 
Où ? Aucune idée. 
C’est comme ça qu’elle rencontre Kathleen, une magnétique pin-up aux boucles bicolores. Elle se perd dans son sillage et décide de la suivre en Amérique. Reste à convaincre Jérôme ; après tout, elle l’aime. Elle a besoin de lui à ses côtés.
À travers les États-Unis des sixties, le trio va écumer les villes, les angoisses, la nature sauvage, les joies, les routes et les chagrins. 
Un seul moteur : la liberté.

Mon avis : 

Hellooooo
Vous connaissez tous mon avis sur Marquise et Les Collisions de Joanne Richoux. Ce sont de véritables coup de coeur ! Et bien cette auteure continue de me surprendre avec Toffee Darling. Une histoire encore différente mais néanmoins super.

Vivianne et Jérome sont mariés depuis deux ans je crois, sauf que alors que Jérome l'aime à en mourrir, Vivianne, elle, se lasse. Elle l'aime toujours of course, mais moins qu'avant, les défauts prennent le dessus, et une nuit elle fugue.

"Des fois ça me travaille, l'idée qu'elle est mienne quand elle va mal.
Quand elle a besoin de moi.
Je préfèrerais qu'elle ait envie d'être à moi."

Oui elle fugue comme ça, sans aucune affaires, pieds nus dans la rue. Fugue pour coeurs désaccordés qu'elle dit. Et c'est en pleine nuit, dans une rue, que Vivianne va rencontrer Kathleen. Une rencontre qui va changer sa vie car elle et Jérome vont suivre Kathleen aux Etats-Unis.

Là-bas, c'est une farandole de personnages atypiques qu'ils vont rencontrés. Certains inventés, d'autres mythiques ! Le petit plus ? Joanne Richoux nous ajoute une ou deux anecdotes sur les personnages et les lieux croisés.

La narration change entre Vivianne, Jérome et Kathleen. Grâce à ça, on comprend mieux certaines de leurs réactions. Ce trio nous émeut, tout cassé qu'il est. Chacun avec ses blessures, ses failles tente de le cacher, de se reconstruire.

" Tout le monde souffre. c'est pour ça qu'il faut apprendre à les regarder les gens. Et puis essayer de les aimer, si on peut."

Mais on le sait, dans la vraie vie, les gens ne sont pas que pitié, et eux aussi. Qu'est-ce qu'ils étaient énervants, qu'est-ce que j'ai eu envie de les secouer là, comme des cerisiers, de leur dire "et ho ! regardez autour de vous, la vie est belle non ? alors pourquoi vous êtes comme ça ?"

Encore une fois la plume de Joanne Richoux est époustouflante. Les mots s'enchainent, beaux, justes. Je me suis pris des coups de poings par moments, tellement ils résonnaient en moi.

"l'impression d'étouffer.
D'avoir refermé un piège autour de moi - un piège en forme de liberté."


 J'ai pleuré de choc, d'énervement, de tristesse aussi, beaucoup de tristesse (oui je pleure souvent). Mais comme l'a si bien dit Léna de Un univers de livres dans sa chronique, Toffee Darling nous fait aimer la vie, et nous ordonne d'en profiter. 

"L'un ne vit que pour l'aimer, l'autre à peur de vivre."

Oh et puis il ne faut pas oublier la bande son du roman. Géniale, comme à chaque fois, et pleine de rock, que j'adore, dooooonc :

Ce livre fut, non sans surprise, un coup de coeur. 
Merci aux éditions Sarbacane de me l'avoir fait découvrir.